google-site-verification: google5eb474f3c051ee2d.html
Rechercher

Comprenez votre inconscient et libérez vous

#psychologie #inconscient #psychisme #fannybauermotti



L’inconscient est cette de notre psychisme qui nous revient par les rêves, les lapsus et les actes manqués. Cette zone qui est aussi « gardienne » de tout ce que nous avons vécu depuis le début de notre histoire sur la terre. « Mémoire » non accessible par le conscient de tous nos cheminements. C’est donc un espace de votre être à prendre en compte pour s’éveiller, cheminer et « devenir ».


L’inconscient est sûrement une des parties de notre psychisme la plus importante et la plus mystérieuse. Beaucoup de nos actes, de nos choix et de nos décisions reposent sur des mécanismes inconscients. Par exemple, répéter constamment les mêmes erreurs peut reposer sur des nœuds inconscients pas encore réglés. Être constamment anxieux dans certains espaces de sa vie est souvent lié à des traumas ou à des évènements dont on n’a peut-être plus conscience ou partiellement conscience et qui, (inconsciemment,) continuent d’exister sous forme d’angoisse.


L’inconscient ne peut se visiter avec la raison ou la logique du conscient. Et nous ne pouvons totalement accéder à notre inconscient puisque, pour toujours, il gardera une partie inaccessible même face à un travail de rappel. Par contre, vous pouvez, autant que possible, vous en donner une certaine connaissance afin d’être maître et non esclave de votre bateau intérieur.


Nos actes et l’inconscient


L’inconscient fait partie du psychisme, et le psychisme est en mouvement. Ce n’est pas un espace stagnant. Un évènement heureux ou malheureux, une expérience, un mot reçu ou entendu, et votre psychisme se transforme, évolue, s’étoffe d’une nouvelle association. C’est un espace en constante évolution et donc, en ce sens, un puissant espace de soi, puisqu’il est à l’origine de nombre de nos actes. Car effectivement, pratiquement tout ce que nous faisons prend source, même a minima, dans des éléments inconscients. Cet homme qui a tout réussi mais qui continue à ne jamais se sentir à la hauteur est peut-être en train de raisonner sur d’anciens traumas, de mauvais regards portés sur lui dont il n’a plus aucun souvenir mais qui existent toujours inconsciemment. Une jeune femme qui choisit constamment des partenaires destructeurs est peut-être en train de choisir sur la base d’une figure paternelle ressentie comme mauvaise et de ce que cela a créé pour elle en termes de recherche inconsciente.


Il semble donc essentiel de chercher à connaitre le plus possible ce qui peut exister en vous, issu de votre inconscient. Globalement, uniquement ce qui pose problème dans votre vie de tous les jours demande à être investigué du côté de l’inconscient. Car nos actes positifs aussi en sont issus, mais là il s’agit d’un courant positif qui agit à notre insu sur la construction de nos vies.



Les rêves comme méthode d’investigation de soi


Les rêves sont, comme le dit Freud, la voie royale d’exploration de l’inconscient. C’est une partie de nous que nous ne maîtrisons pas et qui nous donne des informations très précieuses et précises sur notre être, notre fonctionnement et notre rapport au monde. Vous pouvez analyser vos rêves avec un professionnel et vous pouvez aussi, avec vous-même, prendre le temps de les analyser afin de comprendre ce que vous brassez de façon inconsciente. Si par exemple vous êtes angoissé toute la journée sans arriver à comprendre pourquoi et que cette même nuit vous vous souvenez de vos rêves, il y a de grandes chances pour que ceux-ci vous donnent la réponse. Les rêves sont souvent métaphoriques et se construisent sur la base de votre système référentiel. Il se peut qu’au réveil, vous trouviez votre rêve absurde et que ce ne soit qu’après analyse que vous en compreniez le sens. Un rêve est toujours porteur de sens.


Si, par exemple, la personne anxieuse trouve dans son rêve une situation qui renvoie d’une façon ou d’une autre à la sphère professionnelle, il y a de grandes chances que son anxiété soit liée à celle-ci. Mais parfois le rêve est bien plus complexe et il faut passer par un exercice d’associations libres pour le comprendre. C’est-à-dire se demander : « À quoi me renvoie cet élément du rêve ».


Par exemple, une personne pourrait rêver d’un lieu qui n’existe pas et se demander à quoi ce lieu, sans chercher de logique, la renvoie. Elle pourrait alors retomber sur des images de son enfance et continuer à chercher d’autres associations, et de le mettre en lien avec son actualité : « Pourquoi cet élément du rêve me vient-il aujourd’hui ? » Car l’inconscient ignore le temps.


En lui existe passer et présent dans un même mouvement, mais le moment où le rêve vous livre un élément n’est jamais anodin. Il vient quand quelque chose dans votre actualité intérieure ou extérieure fait point de contact ou connexion. On peut entrer dans un rêve par mille et une portes mais on sait qu’on en a trouvé le sens quand il nous apporte des réponses sur ce que nous brassons actuellement ou sur nos questionnements journaliers.

Il y a d’autres méthodes pour accéder à son inconscient, notamment faire un travail de psychothérapie ou d’analyse mais aussi par l’écriture et ce qui pourrait en ressortir ou l’observation des lapsus par exemple. Dire « père » à la place de « frère », « enterrement » à la place de « mariage » etc.… dit quelque chose de ce qui, inconsciemment se dit pour celui ou celle qui s’exprime.


L’inconscient et sa force


L’inconscient est une force pour celui qui le visite car il devient alors une expression de son histoire. Une maison aux mille et une portes. Une illustration extrêmement précise de la façon de son histoire l’a marqué. Car l’expérience de la vie sur terre passe par le sens qu’on lui donne. Un sens très singulier. Aucun inconscient ne ressemble à un autre. C’est comme une empreinte digitale.


Il porte en lui toute la vie du sujet mais aussi la trace de son arbre généalogique, de sa filiation, de son histoire. L’inconscient n’oublie rien et la mémoire retient tout. Ainsi se connaître et agir le plus possible en prenant en compte son inconscient permet de décider de son chemin en connaissance de cause. Choisir son chemin non par problématique, névrose ou souffrance non réglée.

Lorsque l’on ne se conscientise pas, on peut rester pendant longtemps en errance, à suivre des chemins qui ne sont pas les bons. A répéter les mêmes actes qui mènent aux mêmes impasses sans jamais en comprendre le sens. A subir ses choix qui ne sont pas des décisions mais des recherches inconscientes non réglé. La prise en compte de cet espace qu’est l’inconscient est un acte de libération et de construction. Libération de vos bagages traumatiques trop lourds, construction d’une route qui vous ressemble et vous répare.


Dr Fanny Bauer-Motti

© 2019 par Le réveil citoyen

                  DIM Production 

  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon