google-site-verification: google5eb474f3c051ee2d.html
Rechercher

Dossier Tariq Ramadan : Qui est la cinquième plaignante?



Courant février, Luc Masson, un homme qui serait l'ami de « Brigitte », la plaignante suisse, se faisant passer pour un agent des renseignements généraux avait interpellé deux soutiens de Tariq Ramadan sur les réseaux sociaux afin de divulguer des informations du dossier d’instruction. Luc Masson, sous sa vraie identité, avait ainsi donné des photos de femmes nues en prétendant qu’elles venaient du dossier. Il révélait aussi le nom de la cinquième plaignante « Nais Lorain ».




Luc Masson, cyberharcèlement et divulgation d’informations pour nuire à la défense Nais Lorain n’est pas sous X dans le dossier ce qui a permis à certaines plaignantes de la partie civile d’avoir son identité (alors que Tariq Ramadan n’a pas accès au dossier ) et de la révéler par l’intermédiaire de Luc Masson.


La divulgation de certains éléments du dossier a pour but de déstabiliser les soutiens de Tariq Ramadan. La démarche a réussi, notamment avec une certaine N.V qui a été profondément traumatisée par cet usurpateur. Cet homme du Canton de Vaud en Suisse a fait croire que les soutiens de Tariq Ramadan étaient menacés de mort pour l’avoir soutenu publiquement. Luc Masson serait un proche de "Brigitte" la plaignante Suisse. Les informations révélées, dont l’identité de certains témoins du dossier français, proviennent forcément d’une des plaignantes qui aurait transmis ces informations à la plaignante suisse ou à son ami Luc Masson (les liens de plus de dix ans entre les plaignantes ont été prouvés par la brigade criminelle). Il se serait alors chargé de les diffuser dans un des groupes de soutien.

Qui est Nais Lorain D’après nos informations, Nais Lorain avait décrit, face à la brigade criminelle, une relation qu’elle avait elle-même engagée et elle avait explicitement formulé qu’elle avait voulu cette relation et qu’il ne s’agissait pas d’un viol. Les vidéos, les photos et les messages envoyés avant et après leur unique rencontre, et où elle exprime en langage très crus ses attentes, attestent qu’il n’y a ni eu ni emprise ni violence . Elle avait demandé aux juges qu’on la laisse tranquille et avait même écrit aux juges n’avoir « rien à faire avec le dossier Ramadan ». Quelqu’un faisait-il pression sur elle ? Dix jours plus tard, la veille de l’interrogatoire de Ramadan, elle a fini par se constituer partie civile à Paris, alors qu’elle vit à Lorient, apparemment avec peu de moyens. D’après un tweet d’Elvira, la quatrième plaignante, c’est Me Morain qui lui aurait trouvé son avocate.




Luc Masson a mentionné à ce sujet, sur les RS, un rendez vous avec les juges qui pourtant n’apparait pas dans le dossier.

Cette période de crise nous confirme les défaillances de notre système y compris du système judiciaire. L’affaire Tariq Ramadan prouve une nouvelle fois que la justice est loin d’être juste et transparente. Le dossier Tariq Ramadan nous réserve de nombreuses surprises.


Alexandre David

© 2019 par Le réveil citoyen

                  DIM Production 

  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon