google-site-verification: google5eb474f3c051ee2d.html
Rechercher

La somatisation, qu'est ce que c'est ?


Il s’agit d’un processus pris dans le lien entre corps et psyché.

Afin de saisir les rouages de ce processus, commençons par définir quelques notions :

  •  La psyché fait référence à la conscience de vous-même, à tout ce qui se manifeste à partir de votre personnalité. Elle relève de la dimension psychologique, sous-tendue par le Conscient et l’Inconscient.

  •  Le Conscient est ce qui vous est perceptible, vous savez ce à quoi vous réfléchissez, ce que vous ressentez, ce que vous faites.

  •  LInconscient est ce qui se manifeste sans contrôle, ce qui surgit dans vos paroles, dans vos rêves, dans vos réactions, vos sentiments, éventuellement sans même que vous le repériez.

  • Le Soma est un dérivé du terme grec qui signifie le corps.

  • La somatisation est un processus qui se situe ainsi du côté du corps et dont l’origine est psychique. C’est-à-dire qu’il y a un motif ou une cause déterminante psychique qui s’exprime par le corps.

Comment ça marche ?

L’origine étant psychique, cela se déclenche dans cette interaction entre votre monde conscient et votre monde inconscient.

Imaginez l’Inconscient comme un grand sac dans lequel se range tout ce qui vous « dérange », vous « gêne » et ceci indéfiniment au cours de votre vie sur le plan conscient.

Ce déplacement d’éléments entre ces deux mondes, révèle de votre difficulté à garder ces éléments sur le terrain conscient.

Afin de vous défendre de cette invasion d’éléments indésirables, un mécanisme de défense s’opère appelé le refoulement.

Le refoulement, c’est quoi ?

 Le concept de refoulement prend racine dans des observations cliniques de Sigmund Freud où il constate qu’il y a « des choses que le malade voulait oublier et qu'intentionnellement il maintenait, repoussait, refoulait hors de sa pensée consciente »[1].

Selon la définition de Laplanche et Pontalis, il s’agit d’une « opération par laquelle le sujet cherche à repousser ou à maintenir dans l’inconscient des représentations (pensées, images, souvenirs) liées à une pulsion. Le refoulement se produit dans les cas où la satisfaction d’une pulsion – susceptible de procurer par elle-même du plaisir – risquerait de provoquer du déplaisir à l’égard d’autres exigences. »[2]

[endif]

Ainsi défini comme un mécanisme de défense, le refoulement tend à maintenir à distance les éléments indésirables afin de maintenir un équilibre du Moi, représentant de votre monde conscient.

 Vous refoulez, en effet, ce qui vous est insupportable à affronter consciemment. Ces éléments, étant trop lourd, ne trouvent de sens pour exister sur ce terrain du conscient, et c’est parce qu’une difficulté se loge ici que ces éléments ont été mis à l’écart dans votre inconscient.

Ce mécanisme de défense s’active pour éviter que ces éléments ne perturbent votre paix intérieure.

 Le refoulement s’opère en trois temps :

  1. Refoulement originaire : l’accès à la conscience est barré pour les représentants liés à la pulsion (pensées, images, souvenirs).

  2. Refoulement : mouvement de répression de ces représentants de la pulsion, ils sont maintenus à l’écart dans l’inconscient

  3. Retour du refoulé : Réapparition sous forme de symptômes, de rêves, de lapsus, d’actes manqués, de manifestations physiques…ces éléments refoulés ont emprunté d’autres voies pour s’exprimer au dehors.

 C’est ainsi, autour de ce mécanisme de défense, que se dessine la psycho-somatisation, un processus qui se déclenche dès lors que vous vivez un conflit psychique intérieur.

Qu’est-ce qu’un conflit psychique ?

 Ce qui est refoulé n’est généralement pas en accord avec votre conscient, cela crée un affrontement entre deux forces contraires, l’une qui repousse vers l’inconscient ce qui est « dérangeant » pour votre conscient, et l’autre qui cherche à sortir de cet espace pour se dire, s’exprimer.

En présence d’un conflit entre votre intérieur et votre extérieur, entre l’inconscient et le conscient, entre ce que vous voulez consciemment et inconsciemment, un équilibre ne peut exister, une coexistence de contradiction ne peut être tolérée, d’où le fait que l’inconscient garde sa porte fermée, ne permettant pas à une communication directe de s’établir entre ces deux espaces. C’est cette coexistence de contradictions que l’on appelle un conflit psychique.

L’inconscient est en mouvement constamment. Ce qui est refoulé à l’intérieur ne se contrôle pas, et certains conflits brisent le silence à partir de ce besoin inévitable de se manifester.

 Cependant, dans ce rapport de force, la voie de la parole se retrouve barrée, un autre moyen est alors recherché pour permettre à ces éléments de faire surface. Le corps est alors choisi comme support.

Ce processus de somatisation fonctionne ainsi à partir de ce vase communicant entre psyché et corps pour exprimer des messages à travers des symptômes.

C’est en trouvant le sens de ces messages que vous pouvez vous libérez de ces manifestations corporelles, à travers l’aide d’une verbalisation, d’une mise en mots, d’une psychothérapie permettant ainsi de désobstruer la voie de la parole. Ces symptômes peuvent disparaître dès lors que la barrière entre ces deux mondes est soulevée et que vous avez autorisé à ces éléments l’accès à votre conscience.

Les manifestations de ces symptômes psychosomatiques sont des créations de l’esprit sur le tableau du corps. Les symptômes somatiques sont divers, pouvant aller d’un disfonctionnement organique au développement de maladie grave.

Qu’est-ce qui peut déclencher la psycho-somatisation ?

 La cause déterminante ou motif psychique peut être d’origine diverse telle qu’un choc émotionnel, un trauma, une angoisse, une dépression, qui au travers de ce processus déclenche une manifestation corporelle en retour.

Il s’agit généralement d’une situation marquante que vous avez vécue au cours de votre vie et dont les affects ont été refoulés. Cette situation peut dater de quand vous étiez petits, car dans l’inconscient le temps n’existe pas et le fait que cela s’exprime à un certain moment de votre vie n’est pas anodin non plus. Ce que vous rencontrez aujourd’hui fait écho à ce trauma d’autrefois le remettant ainsi en mouvement. Quelque chose vient faire rappel. Il est temps que vous vous y penchiez.

 Comme une bulle intacte, la situation traumatique non verbalisée est restée cristallisée dans votre intérieur.  

Elle s’est imprimée en vous avec tout ce que vous avez ressenti à ce moment précis, accompagné de l’intensité de ces sentiments que vous pouvez retrouver lorsque un élément d’aujourd’hui vient faire point de contact avec l’élément refoulé d’autrefois ou lorsque cette situation particulière se verbalise.

La mise en mots de cette situation permet de mettre plus de distance entre vous et ces affects, qui peuvent ainsi se faire ressentir comme moins intenses et lointains.

 Cette verbalisation est nécessaire pour pouvoir extérioriser le contenu du trauma et l’intérioriser ensuite différemment, créant ainsi la possibilité de le vivre avec plus de recul.

Ce cheminement par rapport à vous-même est à entreprendre comme une exploration de vos zones d’ombres qui jusque là sont inexplorés. Il est temps de vous en occuper, il est temps de vous occuper de vous.

Solutions et stratégies :

  •  La première solution est bien évidemment d’en découvrir le mystère, et ceci par la parole afin de laisser exprimer ce qui cherche tant à se dire. Une psychothérapie est une méthode adaptée.

  •  Du côté des traitements pour le corps, soyez rigoureux et appliquer un seul traitement à la fois afin de pouvoir mesurer un changement ou une amélioration avec le temps.

  •  Changez votre positionnement, en effet, pour pouvoir faire du bien à votre corps et esprit, il est essentiel de ne pas se « victimiser ». Cette position de victime vous maintient dans une atmosphère de malade, de celui qu’il faut plaindre et la perception des personnes autour contribuent à votre enfermement dans cette étiquette que vous vous donnez ou acceptez.

  •  Ainsi, inversez vos pensées, valorisez votre corps avec votre force mentale et adoptez une perception d’un corps fort, combattant pouvant surmonter toute épreuve. Ceci vous impactera et impactera automatiquement le monde autour de vous.

  •  Restez actif et branché du côté de la vie, de vos projets. Le cours de votre vie ne s’arrête pas. Continuez à avancer vers vos objectifs et restez dans l’action.

  •  Une personne qui se maintient dans la vie paraît forcément plus fort que celui qui tend à rester à la périphérie de la mort. 

  • Apprenez à tirer des leçons sur ce que vous vivez, quelque soit la situation dans laquelle vous vous trouvez, il y a toujours un apprentissage sur vous et sur la vie. Vous ne vivez jamais une épreuve par hasard.

  • N’écoutez pas le discours médical comme s’il s’agissait d’une vérité absolue, une autre alternative, une autre possibilité existe toujours. Ne vous condamnez pas et ne vous laissez pas condamner, vous avez toujours le choix. Il suffit de visualiser les choses autrement que dans la manière dont ça vous est tendu.

Thevaki Victoria Sriseyohn

Psychologue clinicienne


Note :B reuer (J.) et Freud (S.). Über den psychisehen Mechanismus hysterischer Phenomene, 1893, in Studien über Hysterie. G.W., I, 89 ; S.E., II, 10 ; Fr., 7.


http://psycha.ru/fr/dictionnaires/laplanche_et_pontalis/voc256.html


© 2019 par Le réveil citoyen

                  DIM Production 

  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon