google-site-verification: google5eb474f3c051ee2d.html Le CNRS publie une nouvelle étude prouvant les effets bénéfiques de la migration sur l'économie

© 2019 par Le réveil citoyen

                  DIM Production 

  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon
Rechercher

Le CNRS publie une nouvelle étude prouvant les effets bénéfiques de la migration sur l'économie

Mis à jour : 22 juil 2018

Les demandeurs d'asile ne sont pas un « fardeau » pour les économies européennes.



Dans un communiqué de Press, selon des économistes du CNRS, de l'Université Clermont-Auvergne et de l'Université Paris-Nanterre1, le CNRS déclare que " Les demandeurs d'asile ne sont pas un « fardeau » pour les économies européennes".  Basée sur  un modèle statistique dynamique à partir de 30 ans de données de 15 pays d'Europe de l'Ouest. Au contraire, l'impact économique tend à être positif lorsqu'une partie d'entre eux deviennent résidents permanents. Cette étude est publiée dans Science Advances le 20 juin 2018."

Dans ce communiqué le CNRS explique"qu'une augmentation de flux de migrants permanents (c'est-à-dire hors demandeurs d'asile) à une date donnée produit des effets positifs jusqu'à quatre ans après cette date : le PIB par habitant augmente, le taux de chômage diminue et les dépenses publiques supplémentaires sont plus que compensées par l'augmentation des recettes fiscales. Dans le cas des demandeurs d'asile, aucun effet négatif n'est observé et l'effet devient positif au bout de trois à cinq ans, lorsqu'une partie des demandeurs obtient l'asile et rejoint la catégorie des migrants permanents. "

Enfin, les chercheurs et économistes concluent que, selon leurs résultats, "il est peu probable que la crise migratoire en cours soit une charge pour les économies européennes : au contraire, elle pourrait être une opportunité économique."


Dans le CNRS journal, l'un des chercheurs Hippolyte d’Albis ayant réalisé cette enquête souligne l'importance positive sur le plan économique de la migration mais aussi la désinformation qui circule : "  Il y a un effet positif très visible du flux de migrants permanent. À la suite d’une augmentation de ce flux à une date donnée, nous observons que le PIB par habitant va croître de façon significative pendant quatre ans, tandis que le taux de chômage va baisser. C’est le contraire de ce que l’on entend parfois ! Cette amélioration de la situation économique va aussi avoir un effet positif sur les finances publiques, car même si l’on observe une hausse des dépenses publiques, les recettes – en impôts et cotisations – augmentent elles aussi."


Un telle recherche doit être prise en compte par les dirigeants des différents États membres de l'Union européen dans la mise en place d'un plan d'action éthique tant sur le plan gouvernemental que dans les représentations inconscientes que les médias nourrissent parfois sur une migration néfaste. La migration fait partie de la société. Toute société se construit, non contre, mais avec le mouvement des Hommes. Et ce, depuis la nuit des temps.