google-site-verification: google5eb474f3c051ee2d.html
top of page
Rechercher

Nouvelles expertises : la version de Christelle s’effondre. Pourtant Tariq Ramadan reste en prison

Dernière mise à jour : 26 avr. 2019


Les juges d’instruction ont refusé la demande de remise en liberté de Tariq Ramadan. Pourtant des échanges de textos ont été retrouvés dans le portable de « Christelle », qui démontreraient une relation tenue jusqu’à décembre 2009. Ces textos prouvent qu’il n’y a jamais eu de viol.


Les données des portables des protagonistes ont été versées la veille de la réponse à la demande de remise en liberté du Professeur. Rappelons ici qu'une partie de ce matériel (ordinateurs et portables) était en possession de la justice depuis février 2018, et le portable de Christelle aux mains des enqueteurs depuis avril 2018. Des échanges qui auraient pu prouver depuis le début qu’il n’y a jamais eu de viol. L’enquête aurait alors peut-être pris une toute autre tournure. Ce n’est pourtant que le 25 septembre que les analyses sont versées au dossier. Juste avant la potentielle remise en liberté qui s’annonçait.

Un rapport d’expertise qui prouverait qu’il n’y a pas eu viol


Les principales raisons pour lesquelles Tariq Ramadan est emprisonné s’estompent de plus en plus au fur et à mesure que l’enquête se poursuit. Après un nouveau refus de la remise en liberté du Professeur Tariq Ramadan, ce mardi 25 septembre 2018, l’enquête aurait révélé des informations importantes sur le dossier de l’une des plaignantes, « Christelle », accusant Tariq Ramadan de viol, le 09 octobre 2009 en dévoilant des échanges de « textos » durant la période d’octobre à décembre 2009.


En effet, le rapport d’expertise informatique, remis aux juges le 25 septembre, démontrerait qu’il ne s’agit pas de viol mais d’une relation consentie. Une continuité d’échanges avec Tariq Ramadan entre octobre et décembre 2009, dont un texto très explicite de Christelle, le confirme : « Si je passais un mauvais moment je serai partie je suis restée et je t’ai donné plus qu’à quiconque et ta peau me manque… Tu m’as manqué dès que j’ai passé la porte. »

Comme l’explique Me Marsigny : « Très clairement, les messages adressés par Christelle à monsieur Ramadan démontrent qu'il s'agissait d'une relation parfaitement consentie. Il est regrettable que les magistrats aient préféré voir plutôt une contradiction chez monsieur Ramadan plutôt que de voir les contradictions de la partie civile. » De son côté, Me Morain, devant la teneur des messages de sa cliente envoyés à Tariq Ramadan a été obligé d’admettre que la relation était « partiellement consentie».

Ce qui interroge, dans le récit de Christelle, en dehors des incohérences et des témoins cités, pourtant jamais retrouvés par les enquêteurs, est la multitude de détails décrit dans son interview à Vanity Fair, mais aussi lors des auditions face aux juges, qui ne sont absolument pas confirmés par les textos de Christelle.

En effet, la quadragénaire a gardé contact avec le professeur d’Oxford des jours après la date présumée du viol et dans un premier temps de façon très affective allant jusqu’à lui dire qu’il lui « manquait». C’est seulement quelques semaines après le 9 octobre que Christelle, alors en lien avec Caroline Forest, envoie des messages de plus en plus agressifs et menaçants au Professeur.

Beaucoup de zones d’ombre donc, mais avec au centre un fait majeur : rien dans ces textos ne fait référence au viol. Au contraire, Christelle par ses propres textos confirme la nature consentie du lien.


D’autre part, l’expertise prouve deux éléments essentiels : il y a bien eu des collusions entre les plaignantes ce qui expliquent les récits avec une multitude de ressemblances. D’autre part, l’expertise confirme encore une fois les contacts entre les accusatrices et les détracteurs de Tariq Ramadan, dont Caroline Fourest.


Un acharnement judiciaire sans précédent


Tariq Ramadan pouvait marcher à son entrée en prison, il ressortira handicapé.

L’expertise médicale du tribunal avait pourtant conclu que la sclérose en plaques dont souffre Tariq Ramadan depuis 2014, maladie inflammatoire et auto-immune impactant le système nerveux central, pouvait être compatible avec sa détention en prison et sa mise en isolement.

Le résultat prouve que cet emprisonnement n’a jamais été compatible avec son état de santé mais qu’il a au contraire provoqué beaucoup plus de dommages physiques et psychologiques sur un homme toujours présumé innocent.


De plus en plus de voix s’élèvent dans la société, de tous bords et de toutes confessions. En effet, jamais en France, une telle procédure n’avait eu lieu sur un justiciable dans le même cadre d’enquête. Comme le déclare la militante Houria Bouteldja : « Et pourquoi Besson et ses semblables courent-ils toujours alors que TR purge une peine de 8 mois déjà en préventive alors qu'il pourrait attendre son procès en liberté comme tout le monde ? ».

L’universitaire François Burgat, a quant à lui déclaré sur Twitter:

Une partie de l’administration française, aidée de journaux irresponsables, cherche à détruire l’image du Professeur Tariq Ramadan et joue le jeu d’une société délétère où l’on veut trouver un coupable, celui que l’on veut montrer du doigt. Cet acharnement est à la fois complété par une grande confusion dans laquelle beaucoup de personnes semblent se noyer et une recherche de l’idéal dans l’être humain, en occultant le message important que Tariq Ramadan rappelait à plusieurs reprises : « C’est le message qu’il faut suivre et non pas la personne. »


Aujourd’hui, plus que jamais, c’est un devoir citoyen de défendre la liberté d’un homme et de dénoncer les failles judiciaires. Un homme qui aujourd’hui souligne l’échec de la justice à garantir l’équité entre tous les justiciables. Un dossier dont l’instruction a constamment été violée, et déballée dans les médias, à charge contre Tariq Ramadan. Une instruction qui aurait eu les moyens de protéger tous les protagonistes de cette enquête et qui a choisi d’une manière ou d’une autre la destruction d’un homme et des valeurs de la présomption d’innocence.


Kevin Allagapen

27 Comments


Aziz Zerg
Aziz Zerg
Oct 07, 2018

Je comprend le probleme de chacun dans cette histoire concernant Mr ramadan mais cette haine de l'humain je n'arrive effectivement pas à comprendre cette haine judéo musulmans resord a chaque actualité et ne soiyais pas étonné que les jeunes aujourd'hui se radicalise alors qu'il ne conesse même pas le coran mais la peur du juive aujourd'hui c'est le nombre de convertie a l'islam c'est ce peuple qui prolifèrent de jour en jour et malheureusement la haine grandit et c'est malheureux et pour répondre à l'affaire Ramadan c'est effectivement injuste et J'espère que la vérité déclarera le plus rapidement afin que cette homme resorte de la prison .

Like

Noufissa Dahdouh
Noufissa Dahdouh
Oct 06, 2018

Que je sache avec des relations extra conjugales n'est pas un délit en France alors le fait juste de le dire c'est être vraiment une personne de mauvaise foie . Cela reste du domaine de privé même si je le cautionne pas mais ça n'est pas à moi de juger c'est à Dieu et Lui Seul. D'ailleurs entre nous heureusement que ça ne sont pas les humains qui se jugent entre eux...

En ce qui concerne sa condamnation vraiment c'est un dégoût que j'ai de la justice française qui l'a marque bien, par sa prise de position et pire par sa capitulation avec des groupes de personnes se sentant en danger par les discours de Tarik Ramadan. L'Islam étant devenu…

Like

Fatima Mohammedi
Oct 03, 2018

Il faudrait que les collusions soient portées à charge contre les plaignantes

Ce qui a été ignoré

Et convoquer les complotistes et ils sont connus et nombreux et les mettre en garde à vue pour exploiter leur supercherie leurs mensonges flagrants et complotes de toute évidence


Il y a ici une inexploitation délibérée du service magistrature dans ce dossier complètement à charge

Où est la décharge ?


La procédure est faite pour tomber le professeur

Où est l’humanisme sur ce dossier


Il faut sauver cet homme !


Il faut des voix puissantes

Les mosquées. Le culte musulman doit réagir et demander sa libération immédiate . Pourquoi ce mutisme. Il n’y a aucune honte a dire la vérité

Il a droit…


Like

Dam Said
Dam Said
Oct 02, 2018

SLM courage monsieur Ramadan.

Like

Laurent Chretien Marquet
Laurent Chretien Marquet
Oct 02, 2018

(pour une diffusion éventuelle du mon commentaire d'hier matin (Contribution au "deux poids, deux mesures") vous pouvez très simplement copier-coller ce qui suit, et l'envoyer tel quel par mail, facebook, twitter, etc ... J'en ai envoyé près d'une cinquantaine sur twitter de cette façon hier soir (Assemblée, Sénat, journalistes, acteurs, etc ..), mais l'efficacité d'un message est évidemment très fortement liée à l'importance de sa diffusion et à son degré de renouvellement !..) :


Tariq Ramadan. IL FAUT! REAGIR ! https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=2167424403530361&id=100007884661793 . (si vous n'avez pas de compte facebook, cliquez sur le lien "Plus tard" en bas.)


Like
bottom of page