google-site-verification: google5eb474f3c051ee2d.html Référendum Aéroports de Paris : les promoteurs du RIP très confiants

© 2019 par Le réveil citoyen

                  DIM Production 

  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon
Rechercher

Référendum Aéroports de Paris : les promoteurs du RIP très confiants


Dans la matinée du 10 juillet, le référendum d’initiative partagée (RIP) contre la privatisation d'Aéroports de Paris a recueilli plus de 500 000 signatures. Pour espérer avoir gain de cause, les personnes opposées à ce projet se sont fixées d’obtenir au minimum 17 000 signatures par jour. Un rythme qu’il faudra maintenir pendant neuf mois. Pour rappel, il leur faut atteindre les 4,7 millions de signatures nécessaires d’ici mi-mars 2020.


Pas question de se décourager pour les anti-privatisation


La première récapitulation officielle des résultats, communiquée le 1 juillet, ont donné le sourire aux promoteurs du RIP. En effet, seulement 18 jours après le lancement de l’initiative, déjà 10 % des signatures nécessaires ont été recueillies. Malheureusement, la seconde récapitulation officielle dévoilée mercredi dernier n’annonce pas de bons résultats. Le 10 juillet, soit en 10 jours donc, ce pourcentage n’a en effet presque pas bougé. Et encore, selon les résultats récents publiés sur le site adprip.fr, ce samedi, nous sommes à 10.9 % des soutiens nécessaires. Force est donc de constater que le nombre de soutiens reçus diminue chaque jour.


Les promoteurs du RIP expliquent cette baisse de plusieurs raisons. Dernièrement, le site du ministère aurait connu des problèmes techniques qui empêchaient les gens de s’enregistrer. Le sénateur Patrick Kanner dit aussi ne pas être troublé. Ce résultat ne l’étonne guère. Selon lui, c’est normal vu que nous sommes rentrés en période estivale. Et puis, il y a aussi l’évènement du 14 juillet qui occupe toute l’attention des Français.


Pour les anti-privatisation d'Aéroports de Paris, il est surtout hors de question de se décourager. Ces derniers anticipent 2 mois de fléchissement. Mais pour que la situation ne se détériore pas, ils prévoient prochainement des actions de mobilisation. Les personnalités publiques et politiques opposées à ce projet de privatisation d’ADP ne tarderont pas à bouger, expliquent-ils.