google-site-verification: google5eb474f3c051ee2d.html
Rechercher

Tariq Ramadan : AUDIENCE DU 13 FÉVRIER. Communiqué du comité de soutien



Sans surprise, les trois juges en charge de l’instruction Mme Camille Guillermet, M. Cyril Paquaux et Mme Camille Palluel ont fait ce que Tariq Ramadan avait prédit sur sa page, hier, 12 février. Ils l'ont mis en examen deux fois sur la base de témoignages de deux femmes qu'ils n'ont pas interrogées et pour lesquelles, depuis cinq mois, aucune investigation n'a été versée au dossier.


Alors que l’AFP évoquait, hier, selon "une source proche du dossier », qu’il ne serait "sans doute pas mis en examen avant que des auditions des femmes aient eu lieu" ( ce qui est la procédure normale), Tariq Ramadan prédisait déjà : « Et si justement c'était le contraire et qu'il était juste question pour les magistrats de tromper le public? Qui a encouragé une femme à se porter partie civile la veille de mon interrogatoire ? Qui l'a informée de la date ? Une coïncidence? L'intention des juges, devant un dossier vide de toute charge, est clairement de me mettre en examen AVANT d'entendre les femmes en question. »


Leurs témoignages sont des copies conformes des premières versions de Henda Ayari et de Paule Emma Aline. Malgré le fait que la brigade criminelle a prouvé que les versions des trois premières étaient pleines de mensonges, la répétition de ces mensonges par les deux femmes a été considérée comme la preuve d'indices graves et concordants.


Une des deux femmes n'a pas porté plainte alors que la seconde a demandé, fin décembre 2019, aux juges de la "laisser tranquille". Elle change soudain d'avis (deux jours avant l'interrogatoire de Tariq Ramadan) et se porte partie civile à Paris alors qu'elle vit en province? Qui a engagé pour elle la procédure ?


Curieusement les juges n'ont pas abordé le cas de "Elvira" qui non seulement ne connait pas Tariq Ramadan mais qui a elle aussi menti et qui, comme Mounia Rabbouj, a laissé entendre qu'elle avait été manipulée par Jean-Claude Elfassi et Francis Szpiner. Rappelons que ni l'un ni l'autre, ni Caroline Fourest n'ont été entendus par les juges après plus de deux ans d'enquête.


Tariq Ramadan durant cette audition a une fois de plus affirmé son innocence et sa volonté que justice soit faite, non pas un simulacre de procédure où les juges d’instruction semblent le savoir innocent et le vouloir coupable.


Nous dénonçons cette instruction à charge, ces auditions orientées et le parti pris des juges dans la gestion de ce dossier.Nous rendrons public tous les manquements de cette instruction et exigeons que justice soit faite autour du dossier Tariq Ramadan et qu’enfin les vrais coupables soient entendus. La politisation de ce dossier et l’islamophobie ambiante ne peuvent être tolérées au cœur de la justice française.


Le comité de soutien Free Tariq Ramadan Campaign

© 2019 par Le réveil citoyen

                  DIM Production 

  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon